Ce 14 juin s’est déroulé l’évènement de clôture du projet Interreg New-C-Land, dont ValBiom fait partie des partenaires. En 4 ans, le projet a donné une impulsion à l'utilisation de la biomasse provenant de sites marginaux (SMARG) de la région France-Wallonie-Flandre. Voici un bref résumé des expériences et débouchés potentiels de la valorisation de biomasse sur ces sites.

PlantC, ValBiom, CIPF et Phitech s'associent pour accompagner et soutenir financièrement un projet exemplaire de plantation en milieu agricole. L'objectif ? Contribuer, à son échelle, à l'adaptation du territoire rural au réchauffement climatique. 

Culture pérenne à vocation énergétique, valorisable en alimentation animale et pouvant produire plus de 100kg de miel à l'hectare, la silphie a tout pour séduire les agriculteurs wallons. Encore peu connue dans nos contrées, il est important d'étudier l'adaptabilité de cette plante à notre territoire. C'est dans ce cadre que ValBiom et le CIPF ont décidé de constituer un "Observatoire de la silphie".

Mis à disposition par l'ADEME, l'outil BENEFRICHES permet de quantifier les bénéfices socio-économiques et environnementaux et d'éclairer les choix des acteurs de l'aménagement et de la reconversion des friches.

Témoin du dynamisme et du savoir-faire de l’équipe ValBiom, ce document reprend les grandes avancées effectuées en 2021. 

Vous êtes un porteur de projet et vous souhaitez développer un projet professionnel de culture de végétaux afin de les transformer et les valoriser en énergie ou matériaux ? Répondez à l'appel à projets de CREaFARM @Liège, qui met à disposition gratuitement 2 terrains communaux !

Actif dans l’économie circulaire ? Pourquoi ne pas organiser un événement (visite de terrain, workshop…) lors de la Quinzaine de l’Economie Circulaire ?

Outre sa valorisation énergétique, le miscanthus peut être utilisé en litière de paillage pour animaux. De nombreuses expériences positives, notamment en France, montrent tout l’intérêt du miscanthus en remplacement de la paille. Focus sur un exemple français en Corrèze où une famille d’agriculteurs, autrefois importatrice de paille, est devenue autosuffisante pour sa litière d’élevage.

La dépendance de l’Europe au gaz russe (40% des importations) est bien comprise du grand public. De même l’est celle aux céréales. Ce qui l’est moins, c’est sa dépendance aux fertilisants de synthèse, dont 25% de notre consommation provient également de Russie.

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.