ValBiom étend ses essais "chanvre textile" en 2021

Télécharger

©ValBiom

Suite aux résultats prometteurs des essais de 2020, ValBiom étend ses essais de chanvre "fibres longues" en 2021, avec un essai variétal à Houtain-le-Val sur une zone de captage, un hectare à Villers-le-Bouillet et un hectare à Péruwelz (Wallonie).

Du chanvre "fibres longues"

Le chanvre peut donner une fibre longue de qualité textile, à haute valeur ajoutée, équivalente au lin, si le chanvre est cultivé, récolté et transformé comme ce dernier. La culture de chanvre textile, qui ne nécessite aucun pesticide et que peu d’engrais, est mise au point en Wallonie par ValBiom. Les autres régions linières (les Hauts-de-France, la Normandie et la Flandre) font activement des tests de leur côté. Dans le cadre de ces essais, ValBiom est notamment en étroit contact avec l’association française Lin et Chanvre Bio et HoGent pour la Flandre.

Quatre variétés testées en 2021

Les essais agronomiques de 2021 s’appuient sur les premiers résultats obtenus par ValBiom en 2020 et sur les données disponibles des autres régions. 4 variétés sont testées : USO 31, Santhica 27, Santhica 70 et Bialobrzeskie, en deux densités de semis. La grande nouveauté de cette année est la culture de la variété Bialobrzeskie, une variété polonaise sélectionnée par l'Institute of Natural Fibres and Medicinal Plants. Les principes de l’essai restent les mêmes qu’en 2020 : semer dense et récolter tôt, à la floraison. Le chanvre est une culture dite à bas niveau d’impact (BNI), c’est-à-dire qu’elle garantit un impact environnemental limité sur la ressource en eau. C’est pourquoi l’essai variétal se fait cette année sur une zone de captage, à Houtain-Le-Val.

Deux hectares de culture à vocation industrielle

ValBiom se lance dans des essais "grandeur nature" avec un hectare de chanvre textile semé à Villers-le-Bouillet, à côté de l'unité de teillage Marchandisse & Fils et un hectare à Péruwelz, à côté de l’unité de défibrage en cours d’installation d’Agrimat. En tout, +/- 12 tonnes de paille sortiront de ces essais et seront traitées sur des installations industrielles. ValBiom a noué des partenariats avec le Teillage Marchandisse, la société Agrimat et la Filature Safilin pour transformer les pailles en fibres. Si l'opération de transformation est un succès, quelques 7.000 m² de tissu en 100% chanvre belge sortiront de ces expériences. Il s’agira d’une première en Wallonie.

Le challenge à relever : la mécanisation

Bien que cette culture soit prometteuse (la Chine a investi massivement dans la sélection variétale du chanvre textile, par exemple), il reste un grand challenge à relever : la mécanisation de la récolte. En effet, pour passer sur une ligne de teillage de lin, le chanvre doit être parallélisé et ses brins ne peuvent dépasser 90 cm, alors que les tiges de chanvre atteignent plus de deux mètres de haut. Un beau défi que ValBiom tentera de relever cette année en testant notamment un prototype mis au point par HempInvest.

Des rendez-vous passionnants autour de la fibre végétale

Dans le sillage de ces essais, des rendez-vous passionnants sont prévus. Les Rencontres de la Biomasse en novembre 2021, colloque annuel organisé par ValBiom, auront pour thème les fibres végétales. Deux concours de designers seront aussi lancés en 2021 et 2022 pour mettre en avant les tissus et fils produits par l'asbl. Ce sera l'occasion de fêter la sortie du premier fil wallon en 100% chanvre "fibres longues". Dans le futur, il est également prévu d’avancer sur la valorisation de l’étoupe de chanvre (fibre courte textile issue du teillage). ValBiom vous tiendra informé au fur et à mesure des avancées de ses recherches.

A lire également

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.