Transformer les sous-produits et résidus issus de l’agriculture en composés bioactifs

Télécharger

Aujourd’hui, les consommateurs de produits cosmétiques et nutraceutiques veulent des produits plus éthiques, plus équitables, de meilleure qualité et plus locaux. Le projet AgriWasteValue Interreg North-West Europe vise à démontrer, à terme, l’avantage de développer des chaînes d’approvisionnement locales et d’obtenir des composés bioactifs organiques, durables et locaux pour répondre aux attentes croissantes des consommateurs.

Le saviez-vous ?

Actuellement, la majorité des actifs naturels utilisés en cosmétique ou en nutraceutique (compléments alimentaires) sont importés en Europe. Cependant, au fur et à mesure que les entreprises développent des produits à base d’ingrédients naturels, la nécessité d’obtenir durablement ces produits augmente[1] pour répondre à une attente croissante de la part des consommateurs. Pour ceux-ci, la mention « produit localement » est un gage de qualité et ils font de plus en plus attention à la composition des produits et à la manière dont ils ont été réalisés. Or, les producteurs en viticulture, arboriculture et agriculture en Europe du Nord-Ouest produisent énormément de biomasse qui n’est actuellement pas utilisée, alors qu’elle est réellement prometteuse au niveau des composés bioactifs qui la composent (antioxydants, colorants…).

AgriWasteValue est un projet qui vise à utiliser cette biomasse pour permettre aux entreprises de cosmétique et de nutraceutique d’utiliser des ressources naturelles et locales. Ensuite, les résidus issus de l’extraction des bioactifs seront utilisés à leur tour pour faire du biogaz et du fertilisant. Ce projet vise la création de chaînes de valeur durables et d’opérations biologiques « zéro-déchets ».

Evénement de lancement AgriWasteValue

L’événement de lancement du projet AgriWasteValue, organisé par ValBiom le 11 décembre dernier au Domaine du Chant d’Eole à Quévy-le-Grand (Belgique), a rassemblé près de 60 personnes ; ce qui démontre un réel intérêt de la part du public et des spécialistes du domaine pour cette thématique.

Le projet AgriWasteValue, qui fait partie du programme de recherche européen Interreg North-West Europe, a comme point de départ la demande croissante des consommateurs pour des produits plus naturels, et plus spécifiquement dans les cosmétiques et nutraceutiques. C’est pourquoi 9 partenaires (AgroParisTech Innovation, Celabor, Cosmetic Valley, Delphy, EPFL, Eurasanté, PFI, Université de Reims Champagne-Ardenne et ValBiom) vont travailler ensemble pendant 3,5 ans (octobre 2018 – avril 2022).

Les étapes de la recherche sont :

  1. Production d’agents bioactifs par extraction
  2. Traitement biochimique (aussi appelé fermentation) transformant les fractions lignocellulosiques en composés bioactifs et biosolvants
  3. Valorisation des résidus finaux en biogaz et fertilisant

Au travers de son événement de lancement, et plus particulièrement avec la présentation du partenaire Cosmetic Valley, AgriWasteValue a voulu démontrer son objectif d’accompagner les entreprises dans leur changement environnemental. En effet, Cosmetic Valley accompagne les entreprises du secteur de la cosmétique pour réduire le gaspillage, faire du « up-cycling », utiliser moins d’eau, ne pas utiliser de contenants en plastique, etc. Le partenaire Eurasanté s’occupe également de cet accompagnement pour les entreprises du secteur nutraceutique.

La journée a également permis de démontrer les premiers résultats de recherche. Pierre Darme, doctorant de l’Université de Reims Champagne-Ardennes, a montré que des molécules actives contre la toxoplasmose avaient été trouvées dans les écorces d’arbres tempérés d’Europe. Cette découverte permettrait de trouver un remède à cette infection parasitaire, mais également de lancer des recherches sur d’autres molécules qui pourraient se révéler efficace sur d’autres bactéries. Sébastien Cajot, du Celabor, a quant à lui explqiué qu’il avait été trouvé dans différents arbres fruitiers de nos régions des bioactifs très intéressants pour les domaines de la cosmétique et nutraceutique : de l’épicatéchine et catéchine dans les résidus poires et vignes (utilisés pour réduire le stress oxydant), de l’acide chlorogénique dans les résidus de poires (utilisés dans l’industrie alimentaire pour combattre l’obésité), du resvératrol dans les résidus de vigne (anti-oxydant puissant utilisé dans les cosmétiques et nutraceutiques) et de la phloridzine dans les résidus de pomme (colorant utilisé dans la cosmétique et nutraceutique).

Le projet AgriWasteValue permet également de voir où ces résidus sont disponibles : une carte digitale reprenant ces données est en cours de développement sur le site web du projet.

L’orateur invité de cet événement était BASF Beauty Care Solutions (France). BASF a une expérience de plus de 30 ans dans l’extraction végétale, avec des technologies vertes et un savoir-faire qui leur permet d’extraire et concentrer les actifs polychimiques des plantes. Un de leurs programmes de recherche présenté lors de l’événement de lancement est celui sur l’arbre Rambutan (arbre tropical). Les recherches ont monté que cet arbre fournit de nouvelles solutions avec beaucoup d’avantages pour les soins capillaires et pour la peau.

La journée s’est clôturée par une visite du vignoble Le Chant d’Eole, et les participants ont pu participer à la taille des vignes, qui produit jusqu’à 10 kg de résidus par plant de vigne et qui est nécessaire pour le bon développement des fruits, mais aussi découvrir la zone de production, les réservoirs et la réserve.

Plus d'informations sur le projet 


[1] Euromonitor International, 2012

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.