Que savoir pour lancer une filière "fibres végétales" en Wallonie ? Retour sur la conférence organisée par ValBiom

Analyse
Télécharger

Le 20 mai 2021, ValBiom a organisé une webconférence « Vers une économie plus résiliente avec les filières de valorisation des fibres végétales - Quels marchés pour le chanvre wallon ? ». Découvrez les conclusions de cette conférence.

ValBiom a étudié le potentiel de développement des filières de valorisation des fibres techniques végétales d’origine agricole. Cette étude a pour objectif d’offrir un socle de référence des tenants et aboutissants des filières « fibres végétales », permettant ainsi d’en appréhender les enjeux et les potentiels de développement.

Olivier Fain, chef de projet Analyses économiques et stratégiques chez ValBiom, a présenté les résultats et les grandes conclusions de cette étude lors d’une webconférence organisée le 20 mai 2021 en amont de l’Assemblée générale de ValBiom. Son analyse a été précédée par une présentation de Saskia Bricmont, eurodéputée, sur le contexte européen, et suivie par les conclusions de Sylviane Bilgischer, conseillère du Ministre wallon de l’Economie.

L’enseignement-clé : partir des marchés !

L’essentiel est de maîtriser les marchés applicatifs. Il faut partir de l’aval, donc des marchés, pour remonter vers l’amont. Il est essentiel de les connaitre et de bien comprendre leurs besoins spécifiques pour fournir des matières répondant aux qualités exigées. La coordination entre tous les maillons de la chaîne est importante.

Stimuler la « consommation » de fibres végétales auprès des acteurs de la 2e transformation et développer des marques commerciales pour créer des marchés est primordial pour tirer la filière. Cette étape est indispensable avant de se lancer dans des projets de production agricole et de 1re transformation, en vue de créer un bassin d’approvisionnement local.

Quels marchés ?

Le secteur textile apparait comme le secteur le plus porteur et prometteur pour (re)développer la filière chanvre. Le développement d’une filière chanvre textile permettrait de capitaliser sur un savoir-faire existant en Belgique (notamment en bénéficiant des acquis liés à l’industrie textile du lin qui est déjà bien établie) et de répondre à une demande des consommateurs pour des produits plus éthiques, durables et locaux. En outre, l’industrie textile se réorganise en relocalisant des maillons-clés en Europe.

D’autres filières sont à soutenir !
  • L’écoconstruction a le vent en poupe grâce aux atouts des matériaux biosourcés (performances techniques, capacité à stocker du carbone, possibilité d’être produits en circuit-court…) ;
  • Le secteur du non-tissé reste à prospecter et semble également porteur, notamment les produits d’hygiène et de protection à usage unique (lingettes, couches, masques…), et les géotextiles ;
  • D’autres secteurs applicatifs peuvent représenter des pistes de valorisation à ne pas négliger (ex : biocomposites).

Une Europe en transition vers des textiles durables

« La transition écologique est devenue la colonne vertébrale des politiques économiques, sociales et environnementales depuis le Green Deal, incluant un vaste plan d’action avec une série de stratégies pour l’opérationnaliser : Biodiversité, Fourche à la Fourchette, Economie Circulaire, etc. » - Saskia Bricmont, eurodéputée.

Dans ce contexte européen, le textile est un secteur essentiel, selon Saskia Bricmont. Développer une filière textile européenne est un élément indispensable pour une économie durable car le secteur textile a aujourd’hui une empreinte écologique et sociale importante :

  • 60 % des vêtement vendus dans l’Union européenne sont produits ailleurs ;
  • Le secteur textile est le 4e secteur économique ayant l’impact le plus important sur la planète (après l’alimentation, le logement et les transports) ;
  • Il y a une hausse de la consommation de vêtements de 40 % depuis le début du siècle ;
  • En moyenne, 200 litres d’eau sont utilisés par kilo de vêtement ;
  • La consommation moyenne de vêtements par Européen est de 26 kg/an ;
  • Des microparticules polluantes sont relargués dans l’environnement ;
  • L’utilisation de nombreux produits chimiques a un impact sur la santé des ouvriers et des consommateurs.

Le taux de recyclage est limité et le volume de déchets est énorme : près de 92 millions de tonnes de déchets textiles sont générés par an au niveau mondial et moins de 1 % est recyclé actuellement. D’où l’importance d’avoir des actions spécifiques liées à ce secteur dans le cadre des stratégies relatives à l’économie circulaire, surtout que le recyclage des textiles pourrait générer en Europe près de 120.000 emplois.

Une stratégie pour des textiles durables a été déposé par 65 ONG et a été présentée au Parlement et à la Commission européenne. Une communication de la Commission est prévue prochainement à ce propos.

Il est nécessaire de disposer de normes liées à la conception des produits (durée de vie, utilisation des ressources…) et de conditionner l’accès au marché européen. Dans le cadre de la stratégie commerciale de l’Europe, la Commission souhaite adopter un nouveau concept, celui de l’Open Economic Strategy, pour éviter que les entreprises européennes ne soient pénalisées par une concurrence déloyale et pour réduire notre dépendance aux marchés internationaux, pour être plus résilients.

Le développement d'une filière textile européenne fait partie de cette autonomie stratégique.

Wallonie : déploiement de l’économie circulaire et biobasée

« La Wallonie a une triple ambition : environnementale, sociale et économique. L’économie circulaire et biobasée peut et doit contribuer à l’atteinte de cette triple ambition ». - Sylviane Bilgischer, Conseillère du Ministre wallon de l’Economie.

Sylviane Bilgischer a expliqué que la pandémie a mis en exergue la vulnérabilité de notre économie. Le déploiement d'une économie circulaire et biobasée permet à la Wallonie de gagner en prospérité pour répondre aux défis sociétaux (pauvreté, changement climatique, perte de biodiversité...) et d'améliorer sa résilience et son indépendance en ressources. Pour ce faire, la Wallonie s’est dotée d’une stratégie relative au déploiement de l’économie circulaire : Circular Wallonia.

Pour la conseillère du Ministre wallon de l'Economie, cette conférence a permis de cerner la filière "fibres végétales" comme un des exemples de déploiement de l'économie circulaire et biobasée en Wallonie. Cependant, il ne faut pas oublier qu'il est avant tout nécessaire d'identifier et de maîtriser les marchés applicatifs avant d'encourager l'implantation de ces cultures ; une mission qui a été confiée à ValBiom, soit analyser le potentiel de cette filière et en favoriser son essor en Wallonie. 

Présentations de la conférence 
F.A.Q - Webinaire "Fibres végétales"

Le jeudi 20 mai 2021, ValBiom a organisé un webinaire sur « Vers une économie plus résiliente avec les filières de valorisation des fibres végétales - Quels marchés pour le chanvre wallon ? », en amont de son Assemblée générale. Suite aux différentes questions posées lors de cet évènement, une FAQ a été réalisée pour répondre aux différents questionnements soulevés.

Ce document est une compilation des questions posées lors de la conférence et de leurs réponses. 

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.