Première reconnaissance du statut de "sous-produit" en Wallonie

Télécharger

©Burgo Ardennes

La première reconnaissance du statut de "sous-produit" en Wallonie a été octroyée pour le carbonate de calcium du papetier Burgo Ardennes. 

Statut de sous-produit pour 12.000 tonnes annuelles de carbonate de calcium

A travers son procédé kraft de production de pâte à papier, l'usine Burgo Ardennes, située sur le zoning de Latour près de Virton, produit environ 12.000 tonnes par an de carbonate de calcium (CaCO3) excédentaire. La décision d'octroi du statut de sous-produit porte sur ce carbonate de calcium excédentaire, pour lequel les modes d'utilisation autorisés sont : 

  • La briqueterie[1] ;
  • L’agriculture[2].

Pour valoriser en agriculture tout ou partie de son carbonate de calcium en France, Burgo Ardennes devra satisfaire aux exigences de la norme française NF U44-001 relative à cette utilistion de carbonate de calcium issu de la production papetière. Cette norme fixe des critères de teneur en calcium, de finesse, de valeur neutralisante, de matière organique et d'éléments traces métalliques (ETM). 

Burgo Ardennes a déjà conclu un contrat de vente avec un partenaire commercial, lequel utilisera le carbonate de calcium sur un site situé en Flandre.

D'où provient ce carbonate de calcium excédentaire ?

L'usine papetière Burgo Ardennes produit annuellement 360.000 tonnes de pâte à papier et 400.000 tonnes de papier. La production de la pâte se fait au départ de bois de feuillus, en valorisant les produits forestiers de moindre qualité (houppiers, bois tordus, etc.), non utilisables au travers des débouchés "nobles" (déroulage, placage, sciage, etc.). Le complément d'approvisionnement est assuré par des résidus de sciage (plaquettes de scierie). Le bois est transformé en pâte via un procédé chimique de mise en pâte appelé procédé kraft (ou procédé au sulfate). Avec ce procédé, la lignine est dissoute afin de libérer les fibres de bois et produire ainsi de la pâte à papier. La lignine est un constituant naturel du bois qui joue entre autres le rôle de ciment entre les fibres de bois. Dans le procédé kraft, les agents de dissolution utilisés sont la soude (NaOH) et le sulfure de sodium (Na2S), afin de conférer des conditions basiques de « cuisson » des plaquettes de bois destinées à dissoudre la lignine et libérer les fibres de bois.

Si le procédé kraft est le plus employé au monde avec près de 80 % de la production mondiale de pâte à papier, c’est non seulement parce qu’il permet d’obtenir une pâte à papier caractérisée par sa très grande résistance (kraft signifie fort en allemand et en suédois), mais surtout par ses procédés de récupération et régénération des réactifs utilisés. Ces procédés combinent recyclage des réactifs et production énergétique, sous forme de chaleur au sein de la chaudière de récupération, assurant généralement l’autonomie énergétique des usines de pâte kraft (via cogénération).

C’est lors de ces étapes de régénération des réactifs qu’apparait le carbonate de calcium (CaCO3). Explication : Le carbonate de sodium (Na2CO3) issu de la chaudière de récupération va réagir avec de l’hydroxyde de sodium (Ca(OH)2), aussi appelé « chaux éteinte », lequel est issu du four à chaux. Cette réaction va produire (« régénérer ») de la soude (NaOH), laquelle sera réinjectée dans le processus de mise en pâte, et aussi produire du carbonate de calcium (CaCO3) :

Na2CO3 + Ca(OH)2 → 2 NaOH + CaCO3

Cette production de carbonate de calcium est convertie dans le four à chaux en oxyde de calcium (CaO), appelé « chaux vive », qui réagit lui-même avec l’eau pour régénérer l’hydroxyde de calcium (la « chaux éteinte »), utilisé dans la réaction chimique présentée.

Il se peut néanmoins que le four à chaux se retrouve à l’arrêt, soit de manière programmée (opération d’entretien), soit imprévue (panne). Comme le reste de l’usine continue de fonctionner, la régénération des réactifs continue et du carbonate de calcium excédentaire s’accumule. C’est ce carbonate de calcium excédentaire qui a été reconnu comme sous-produit.

Pour aller plus loin

[1] Matière de charge dans la constitution de briques cuites et désulfuration des fumées dans la fabrication des briques cuites

[2] Amendement minéral basique

 

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.