Les biocomposites : de plus en plus visibles dans l'automobile !

Télécharger

©Eurostyle Systems

Pour répondre aux enjeux de l’allégement des véhicules, l’utilisation de composites renforcés par des fibres naturelles est de plus en plus fréquente dans les automobiles. Cependant, l’intégration de matière première d’origine végétale est peu visible dans les véhicules. Certains constructeurs ont donc décidé de mettre en avant les fibres naturelles et de les utiliser tant pour leurs performances techniques que pour leur aspect esthétique.

Les biocomposites mis à l'honneur

Les fibres végétales, telles que le lin, utilisées comme renforts dans les matériaux plastiques présentent des atouts indéniables pour le secteur automobile (légèreté, performances mécaniques, excellente résistance aux chocs, isolation acoustique, réduction de l’empreinte carbone…).

Les biocomposites sont de plus en plus mis à l’honneur dans les véhicules des particuliers ou dans ceux utilisés en sport moteur, comme en témoignent les actualités relevées ci-dessous :

1. Ecoconception, mise en valeur de l’utilisation de fibres végétales dans les pièces intérieures du véhicule

Plusieurs pièces intérieures de véhicules sont produites par thermocompression d’un non-tissé contenant des fibres végétales et du polypropylène (dénommé « panneau NFPP - Natural Fibre Polypropylène »). Cependant, pour l’utilisateur, la présence de fibres naturelles est invisible dans son véhicule. Pourquoi ne pas les rendre plus visibles et profiter du rendu esthétique des fibres végétales ? C’est ce qui a été proposé par l’équipementier automobile Eurostyle Systems pour les portières intérieures de la Renault Zoé lors de la France Design Week.

                             

                             ©Eurostyle Systems

2. McLaren Racing, utilisation du lin en Formule 1

Les équipes de Formule 1 cherchent également à alléger leurs véhicules. McLaren a annoncé sa collaboration avec BComp pour développer un siège de Formule 1 en composite renforcé en fibres de lin. Ce sera la toute première pièce de F1 fabriquée à partir de fibres végétales.

En optimisant les propriétés mécaniques des fibres de lin grâce à l’architecture du tissu, il a été possible de fabriquer un siège avec la résistance et la rigidité requises, mais aussi avec une empreinte CO2 de 75% inférieure à celle de son homologue en fibre de carbone.

La structure tubulaire des fibres de lin offre une faible densité et une rigidité élevée, ce qui permet de réduire le poids tout en améliorant simultanément l’amortissement des vibrations, ainsi que la résistance à la rupture, à la torsion et à la compression. Lorsqu’elle se casse, contrairement à la fibre de carbone, elle n’est pas sujette à la rupture fragile et à l’éclatement.

Ces propriétés sont particulièrement intéressantes pour le développement de futures pièces pour le sport automobile, plus particulièrement pour les ailerons ou le plancher, afin de réduire les débris de fibres de carbone sur les pistes et donc, le risque de crevaison et d’accident.

                             ©BComp_McLaren

                             ©BComp/McLaren

3. Porsche, une carrosserie entièrement en fibres naturelles

Porsche Motorsport a développé avec la société BComp un véhicule avec une carrosserie entièrement en fibres naturelles. Cette voiture a concouru lors des 24h du Nurburgring, l'un des plus grands centres de sports mécaniques au monde, situé en Allemagne.

C’est la 2ème collaboration entre Porche Morosport et BComp pour le développement d’une voiture de course utilisant des fibres de renfort. Précédemment, seules les portes et les ailerons étaient en biocomposites.

                             ©BComp_Porsche Motor

                             ©BComp / Porsche Motor

Un projet de recherche : COMPOSENS

Le projet Interreg COMPOSENS a pour objectif le développement transfrontalier de matériaux composites polymère-bois ou fibres végétales performants à faible impact environnemental pour l’élaboration de biocomposites légers et recyclables.

Ce projet vise l’utilisation de ressources renouvelables de la région franco-belge : bois et fibres naturelles, telles que le chanvre et le lin. Ces fibres permettent de produire des biocomposites plus légers que des matériaux composites intégrant des fibres de verre visant des applications notamment dans le secteur automobile.

  • 7 partenaires : Certech (chef de file), CRITT M.D.T.S., IMT Lille Douai, ARMINES, Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), ULg et ValBiom 
  • Durée du projet : 1er avril 2016 – 30 septembre 2020

L'événement de clôture s'est déroulé le 17 septembre 2020, avec environ 120 participants via webinaire. Lisez le compte-rendu de l'événement

Plus d'informations
A lire également

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.