L’éco-construction : nouvelle voie de valorisation pour nos prairies

Télécharger

En Wallonie, on constate que toutes les voies de valorisation possibles pour nos prairies ne sont pas encore explorées.

Dès lors, comment exploiter au mieux les surfaces agricoles de notre région ? Et comment donner de la valeur ajoutée à l’herbe des prairies ? Une solution serait de valoriser une partie de cette herbe excédentaire via la production de matériaux de construction.

Isolants biobasés : une demande en croissance

L’utilisation de ressources végétales pour la production d’isolants est de plus en plus importante. Par exemple, en France, « une opération d’isolation thermique sur dix intègre désormais un isolant biosourcé » et « les principales filières biosourcées affichent environ 10 % de croissance annuelle en volume ».[1]

L’herbe est une source de fibres végétales intéressante pour l’obtention de panneaux isolants.

De l'herbe à l'isolant

Sur base d’un brevet suisse, l’entreprise suisse Gramitherm[2] s’est lancée dans la commercialisation  d’un panneau isolant, réalisé à base d’herbe de prairie.

Après la récolte et l’ensilage de l’herbe, une séparation est réalisée entre la phase solide contenant les fibres et la phase liquide utilisable en biométhanisation ou en complément riche en protéine pour l’alimentation animale. 

La fraction solide (fibre) fait l’objet d’un défibrage et d’un traitement anti-feu. Celle-ci, après mélange avec des fibres de liaison (à base de polyester ou naturelle – PLA[3]), est compactée puis thermoformée au four, avant d’être découpée en panneaux.

L'herbe, un matériau performant avec bilan environnemental positif

Ce produit innovant apporte une vraie nouveauté sur le marché. Il offre notamment une excellente efficacité thermique : la conductivité thermique (lambda) est de 0,038 W/m.K.

En outre, c’est un excellent régulateur d’humidité pour le confort intérieur de l’habitat. Il permet aussi l’absorption d’une large gamme de fréquences sonores participant ainsi à l’isolation phonique.

« Un hectare de prairie produit, au minimum 250 m³ de produits finis, soit de quoi isoler 2.500 m² sur 10 cm d’épaisseur, » explique le belge Christian Roggeman, directeur général de la société suisse.

Ce panneau isolant – qui contient au moins 90 % de fibres végétales – a un bilan carbone négatif.[4] Pour 1 kg de produit, il y aurait l’absorption de 1,5 kg de CO2, suite à la fixation du CO2 par l’herbe durant sa croissance.

Notons également que ces panneaux ont une durée de vie estimée de 50 ans et sont entièrement recyclables ou biodégradables.

Les innovations présentées dans le ValBioMag sont sélectionnées par les ingénieurs ValBiom pour leurs caractéristiques novatrices et pour les solutions qu’elles apportent à des problèmes ne pouvant être résolus auparavant. Cette description de nouveaux produits ou concepts novateurs fait partie de la mission de veille technologique de ValBiom.

ValBiom en parle !

  • Conférence Libramont : Agriculteur, acteur pour réduire les gaz à effet de serre

Lors de la Foire de Libramont, ValBiom interviendra lors de 2 conférences le vendredi 27 juillet.

L’une de ces conférence aura comme thématique « Agriculteur, acteur pour réduire les gaz à effet de serre » (Hall 3 – LEC 2). Nous y aborderons notamment le sujet des matériaux d’éco-construction comme source de diversification de revenu pour les agriculteurs et comme source de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Plus d’infos.

  • L’éco-construction : thématique des prochaines Rencontres de la Biomasse

La 15e édition des Rencontres de la Biomasse - organisée par ValBiom, en collaboration avec le cluster Eco-construction - se déroulera le mardi 6 novembre 2018 à Namur et portera sur l’utilisation de la biomasse comme source de matière première pour la construction.

Vers le programme et formulaire d’inscription !


[1] Source : Une opération d’isolation thermique sur dix intègre désormais un isolant biosourcé– Interview de Florian Rollin, co-fondateur de la société Karibati – 22.05.2018, Actu-Environnement.

[2] Vers le site de l’entreprise Gramitherm et la brochure du produit "Panneaux isolants".

[3] L’acide polylactique (PLA) est un polymère biobasé et biodégradable en comptage industriel. Il peut notamment être obtenu à partir d’amidon de maïs.

[4] Une Analyse de Cycle de Vie (ACV) liée à la production de la société Gramitherm a été réalisée par un laboratoire spécialisé d’une haute école d’ingénierie (HEIG-VD). 

Abonnement