L’Appel des 30 : un dispositif partenarial exemplaire mis en place à Lyon

Télécharger

Photo : ©Appel des 30 ! 

Historiquement, la Vallée de la Chimie à Lyon est le siège d’une pétrochimie aujourd’hui vieillissante. C’est pour opérer une reconversion économique que la Métropole lyonnaise a lancé – en 2014 – le programme intitulé « l’Appel des 30 ! »[1]. Cet appel à projets a pour but de transformer la région en un territoire démonstrateur fertile en expérimentations innovantes.

Parmi les 6 axes d’intervention : l’axe « Paysages productifs », spécifiquement dédié à la production de matières premières végétales. Eclairage avec ValBiom.

Vers une plateforme industrielle Chimie-Énergie-Environnement

Depuis 2014, grâce à « l’Appel des 30 ! », la Mission Lyon Vallée de la Chimie[2] attire des industriels, communes, acteurs publics, partenaires techniques mais aussi des financiers. Cet appel de projets  unique permet d’accélérer la réalisation de projets innovants dans les domaines de la mobilité, de l’énergie, de la voierie innovante, ou encore de services mutualisés comme la restauration, la conciergerie ou le coworking.

Concrètement, l’appel offre des opportunités foncières et immobilières, par la mise à disposition de terrains inexploités, de locaux d’entreprises, de terrains délaissés ou contraints par le Plan de Prévention des Risques Technologiques.

4 profils cibles :
  1. Des entreprises industrielles des secteurs chimie-énergie-environnement et cleantech ;
  2. Des entreprises de paysages productifs : entreprises spécialisées dans la dépollution des terres, entreprises de travaux publics, start-up cleantech, etc.
  3. Des opérateurs de services dans les domaines des déchets, de l’énergie, de la mobilité, des voiries innovantes, etc.
  4. Des associations, des collectifs de salariés et d’habitants qui souhaitent se lancer dans un projet participatif.
Objectifs multiples :
  • S’affirmer comme LA référence européenne cleantech en y installant un territoire industriel de l’innovation et en déployant la R&D, la démonstration, l’expérimentation, la production et la valorisation des ressources locales.
  • Développer le mix de la production d’énergies renouvelables (la Vallée devient alors une usine énergétique métropolitaine).
  • Créer des paysages productifs sur des fonciers non utilisables pour d’autres activités.
  • Améliorer la mobilité et la desserte en transports en commun, valoriser la voie d’eau…

Quel lien entre la production de biomasse et l’économie biobasée ?

Parmi les axes d’intervention de l’Appel : l’axe « Paysages productifs » qui est spécifiquement dédié à la production de matières premières végétales.

Territoire d’expérimentation, la Vallée de la Chimie a fait naître la filière des paysages productifs issue de la nécessité de gérer durablement les ressources naturelles en ville et de faire du paysage une opportunité nouvelle de création de valeur.

Cette nouvelle filière permet d’expérimenter une grande diversité de fonctions sur des fonciers contraints par les risques technologiques et/ou par des niveaux élevés de pollution des sols.

A noter : La Vallée de la Chimie ambitionne de devenir « l’usine énergétique » de la Métropole de Lyon, c’est-à-dire un lieu d’expérimentation et de production des énergies vertes de demain. A ce titre, la Vallée : elle produit la moitié des énergies renouvelables (électricité hydraulique, photovoltaïque...) et des énergies de récupération (énergie générée lors de l’incinération de déchets) de la Métropole.

  • Découvrez les paysages productifs en vidéo !

La naissance de projets démonstrateurs

Suite à l’édition 2016, 8 projets démonstrateurs sont en cours, notamment dans les domaines de la production de biomasse, de la dépollution et de la fertilisation des sols, sur une surface totale de 21 ha.

L’édition 2018 a – quant à elle – mit en avant de nouveaux projets. Parmi ceux-ci, plusieurs sont en développement dans la Vallée :

  • À Saint-Fons : 6 paysagistes mettent en œuvre le projet « Terres Fertiles 2.0 », première plateforme de valorisation et de fertilisation des terres excavées de la Métropole.
  • À Feyzin : « Serpol » développe une plateforme de traitement des terres polluées par un procédé de phytoremédiation.
  • À Pierre-Bénite : plusieurs projets sont déployés autour de la biodynamisation des sols, la construction de biotechnosols, la production de taillis à courte rotation, la préparation de biomasse, par les entreprises Soupe, Valorhiz, Société Forestière de la Caisse des Dépôts, Suez, Valterra, Absra & Racine, Ain Environnement.

Quelques exemples de projets liés à l’utilisation de la biomasse

La plateforme technologique Gaya

Concernant l’utilisation de la biomasse, l’édition 2016 a permis, entre autres, la naissance du projet de plateforme technologique Gaya[3]. Cette plateforme est en cours de construction à Saint-Fons (sud de Lyon). Il s’agit du 1er projet phare de réaménagement de cette espace industriel à visée internationale.

Le projet expérimente notamment un procédé de production de biométhane à partir de biomasse sèche.

Les lauréats de l’édition 2018

En mai 2019, les 14 lauréats de la 3ème édition ont été dévoilés. Parmi eux, ValBiom épingle :

  • Cogeteam-Energy 26 : retenu pour une unité de méthanisation industrielle (projet Ligno Biogaz Feyzin).
  • Saria : visant la construction d’une unité de méthanisation industrielle (projet Bionerval)
  • Tanaga Énergies : une unité pilote de méthanisation par voie sèche (projet Geom).

Inspirant pour la Wallonie !

Depuis 2014, ce dispositif partenarial exemplaire a contribué activement au renouvellement économique et territorial de la Vallée.

La clé du succès de cet Appel a été la poursuite d’une réflexion stratégique poussée et de long terme, pour non seulement identifier le potentiel économique de la Vallée, mais aussi pour attirer les entreprises.

Vous pensez peut-être : « Trop beau pour durer dans le temps ? ». L’initiative a en tout cas le mérite de stimuler les industriels et d’offrir un renouveau à la région. ValBiom gardera un œil sur le développement des projets cités, ainsi que sur le développement économique de la Vallée.  

De son côté, ValBiom aussi active ses leviers. Pour rappel, depuis 2018, l'asbl a lancé un appel à idées auprès des scientifiques du groupe d’action pour mener des essais de terrain et développer le phytomanagement sur le territoire wallon.

Pour être informé du suivi de ces appels et des projets qui en découlent, restez connecté !

Plus d’infos ?

[1] L’initiative réunit une trentaine de partenaires privés et publics coordonnée par la métropole de Lyon. Pour la Vallée, la 1ère édition a été lancée en 2014, puis une autre édition a eu lieu en 2016.

[2] La Vallée de la Chimie est située au sud de Lyon. Il s’agit d’un territoire de 11.000 ha, regroupant 14 communes, plus de 100.000 habitants et 50.000 salariés.

[3] Le projet est piloté par ENGIE. Son financement, assuré par ENGIE et l’ADEME, au travers des investissements d’avenir, et de ses partenaires, a été validé par l’Union européenne.

Abonnement