La silphie : une nouvelle culture sur le territoire wallon

Télécharger

Culture pérenne à vocation énergétique, valorisable en alimentation animale et pouvant produire plus de 100kg de miel à l'hectare, la silphie a tout pour séduire les agriculteurs wallons. Encore peu connue dans nos contrées, il est important d'étudier l'adaptabilité de cette plante à notre territoire. C'est dans ce cadre que ValBiom et le CIPF ont décidé de constituer un "Observatoire de la silphie".

La silphie, source de miel

La période de floraison de la silphie s'étend du mois de juillet jusqu'au mois de septembre. Cette floraison tardive arrive au moment où les abeilles et autres insectes pollinisateurs constituent leur réserve pour l'hiver. Des études menées dans différents pays montrent des productions de miel assez intéressantes, allant de 150kg de miel par hectare pour une étude autrichienne [1] à 450 kilos de miel par ha pour une étude polonaise[2]. Cependant, il est important de savoir que ces chiffres ont été obtenus dans des conditions pédoclimatiques différentes que celles rencontrées en Wallonie et qu'il ne serait pas judicieux de projeter ces chiffres sur notre territoire. Outre la production de miel, il faut rappeler que la silphie ne nécessite pas de produits phytosanitaires lorsqu'elle est bien en place ; un autre atout pour la préservation de la biodiversité dans nos campagnes.

Une plante énergétique, mais pas que !

Connue pour son utilisation en biométhanisation, où la silphie donne des rendements égaux, au mieux, en matière sèche par rapport au maïs ensilage et, au pire, inférieurs de l'ordre de 20% dans des conditions d'exploitation similaires[3], la silphie pourrait être aussi utilisée en alimentation animale pour les ruminants[4] en constituant une partie de leurs rations. Profitant d'une période végétative débutant au printemps, la silphie aurait l'avantage de donner des rendements plus constants que le maïs dans des zones à sécheresses répétitives, où le maïs, avec son besoin en eau pour la germination, aurait des rendements plus variables [5].

Un Observatoire de la silphie pour mieux comprendre cette nouvelle culture

La silphie est une petite nouvelle dans le paysage agricole wallon et il est important de pouvoir étudier son comportement sur notre territoire avant d'inciter les agriculteurs à semer cette culture pérenne, dont le semis est relativement coûteux (+- 2.000€/ha). L'Observatoire de la silphie permettra, grâce à des essais réalisés par les différents partenaires qui le constituent, et dont ValBiom fait partie, de mieux comprendre l'intérêt et la possibilité de l'installation de la silphie en Wallonie et son potentiel pour notre région. 
 
[1] Markus Gansberger, Lucy F.R. Montgomery, et Peter Liebhard, « Botanical characteristics, crop management and potential of Silphium perfoliatum L. as a renewable resource for biogas production: A review », Industrial Crops and Products 63 (1 janvier 2015): 362‑72.
[2] B. Jabłoński et Zbigniew Koltowski, « Nectar secretion and honey potential of honey-plants growing under Poland’s conditions-part XV », Journal of Apicultural Science 49 (1 janvier 2005): 59‑63.
[3] Moritz von Cossel et al., « The replacement of maize ( Zea mays L.) by cup plant ( Silphium perfoliatum L.) as biogas substrate and its implications for the energy and material flows of a large biogas plant », Biofuels, Bioproducts and Biorefining 14 (14 février 2020).
[4] Jaroslav Bernas et al., « Cup plant, an alternative to conventional silage from a LCA perspective », The International Journal of Life Cycle Assessment 26, no 2 (1 février 2021): 311‑26.
[5] B. Schoo et al., « Drought Tolerance and Water-Use Efficiency of Biogas Crops: A Comparison of Cup Plant, Maize and Lucerne-Grass », Journal of Agronomy and Crop Science 203, no 2 (1 avril 2017): 117‑30.

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.