La Feba, représentant de la filière biométhanisation, renforce son image !

Portrait

En juin dernier, la Fédération des biométhaniseurs agricoles (Feba) a dévoilé sa nouvelle identité visuelle avec la sortie de son site internet et de son nouveau logo.

A la base de la réflexion : le souhait de gagner en visibilité et – de cette manière – impulser un nouveau souffle à la filière avec l’implantation de nouvelles unités dans nos régions !

Des outils de communication pour une meilleure visibilité 

Grâce à la DGO4 (SPW Energie - Wallonie), la Feba dispose aujourd’hui d’outils de communication pour mener à bien ses missions.

3 missions prioritaires :

  1. Représenter la filière auprès des instances politiques et autorités administratives wallonnes, belges et internationales.
  2. Faciliter la coopération et le partage de connaissances avec ses membres.
  3. Soutenir et conseiller les unités en fonctionnement.

Et des missions secondaires qui comprennent notamment :

  • l’aide à la mise en place de nouvelles unités (avec une priorité mise sur le développement d’installations qui permettent de valoriser au mieux les biomatières agricoles et les gisements de coproduits locaux  tout en générant un impact positif sur l’économie locale) ;
  • le soutien aux technologies innovantes ;
  • l’information, le conseil et la formation (notamment, via le retour d’expériences des gestionnaires d’installations).

Pour remplir ses missions, il était important que la Feba renforce son image. D’où l’intérêt de créer un site internet qui contienne – entre autres – des informations utiles sur les réflexions en cours en matière d’innovations, de R&D et de législation.

A l’époque : le constat d’une filière en « crise »

A l’origine (fin 2013), la Fédération est née à la suite du constat dressé par une douzaine d’exploitants que si rien n’était fait, la filière dans son ensemble allait disparaitre[1].

 Les exploitants sont également arrivés à la conclusion que ce n’était qu’en se fédérant qu’ils seraient les plus disposés à relayer leurs difficultés auprès des instances politiques et administratives dont ils dépendent, expliquent les administrateurs de la Feba.

A l’époque, les difficultés rencontrées étaient largement dues à une vision simplifiée qu’on avait sur la biométhanisation agricole.

 En effet, la filière était vue comme un simple moyen de produire de l’électricité verte. Or, d’un point de vue énergétique, la biométhanisation produit avant tout du biogaz : un produit bien plus intéressant que l’électricité car il est stockable et mobilisable pour différents usages dont l’énergie, la mobilité (carburant) ou la chimie verte, ajoute la Feba. 

La biométhanisation a également d’autres atouts : elle produit du digestat (un engrais et un amendement pour les terres agricoles, limitant ainsi l’utilisation d’engrais de synthèse), elle crée de l’emploi et de l’activité en zone rurale, elle assure un traitement efficace des effluents agricoles et coproduits agro-alimentaires.

Ainsi la filière biométhanisation illustre à merveille la logique de l’économie circulaire.

La Feba : un organisme structuré et des membres bénéficiaires

Comparativement à 2013, la Feba - avec l'aide et le soutien de ValBiom - a réussi à redresser la situation des biométhaniseurs. Ses missions ont évolué et elle s’intéresse de plus en plus aux voies de l’innovation (chimie verte, valorisation du CO2, microalgues...).

Concernant ses objectifs (long terme), la Feba souhaite continuer à développer la filière. Cela passe par un renforcement du nombre de ses adhérents et par un coup de main de partenaires tels que ValBiom.

Actuellement, la Feba compte 19 membres effectifs (biométhaniseurs agricoles), 4 adhérents et son Conseil d’Administration rassemble 15 administrateurs.

Contacts
  • Général : info@feba-w.be
  • Président : Jean Kessler, Ferme de Faascht (Attert)
  • Secrétaire : Gérard Préat, Cinergie scrl (Fleurus) 
  • Trésorier : Dimitri Burniaux, Surice (Philippeville)
  • Communication : Julien Pozza, Directeur de Vanheede Biomass Solutions et membre du Conseil d’Administration de la Feba
  • Secrétariat : Benoît Delaite, chef de projet chez Tr@me scrl

[1] Les facteurs en cause (effondrement du prix de l’énergie et des Certificats Verts (CVs), disparité entre soutien wallon et soutien des régions limitrophes, etc.) sont expliqués sur le site de la Feba https://www.feba-w.be/ 

Abonnement