France : « EXTRA FOR EST » booste le développement de la chimie du bois

Télécharger

Repéré à Woodchem 2017, le projet français « EXTRA FOR EST » pour « Extractibles forestiers de l’Est » est ambitieux et innovant. Il se focalise sur la quantification, l’hétérogénéité et la mobilisation des ressources en composés chimiques extractibles, présents dans les branches, les nœuds, l’écorce, le duramen[1] et l’aubier[2].

Des composés aux propriétés très intéressantes !

Ces composés ont de multiples propriétés : anti-oxydantes, anti-fongiques, bactéricides… Des propriétés exploitées dans les domaines notamment de la pharmaceutique, cosmétique, nutraceutique.

Les principales essences de bois étudiées par le projet proviennent de la zone « Est », qui englobe les régions Grand-Est et Bourgogne-Franche Comté : une zone très intéressante car elle est fortement boisée et riche en espèces (sapin, épicéa, douglas, chêne, hêtre…) et en industries de première transformation du bois. Par ailleurs, cette zone est bordée à l’Est par 4 pays avec lesquels s’échangent de grandes quantités de bois. A savoir : la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la Suisse.

Un projet innovant, aux intérêts multiples

Selon Francis Colin, directeur de recherche à l’INRA au sein de l’unité SILVA, les intérêts du projet sont multiples :

  • Un sujet bien ciblé : les « composés chimiques extractibles » destinés à des productions chimiques de niche et à haute valeur ajoutée. Ces derniers nécessitent - par conséquent - des volumes de biomasse ligno-cellulosique réduits;
  • Le volet « quantification et estimation des ressources / disponibilités » : une information précieuse pour mieux valoriser la filière forêt-bois. Le projet indiquera également notamment les fractions de biomasse les plus concentrées en extractibles;
  • Le volet « formation / sensibilisation » : le projet apportera aux acteurs de la filière forêt-bois une information objective sur les extractibles forestiers, ce qui permettra d’améliorer leur niveau de connaissance, mais aussi d’ouvrir des perspectives d’investissements dans l’extraction industrielle.

Notons qu’actuellement, la diversité chimique de la ressource forestière est très mal connue. Ce sujet de recherche constitue donc une thématique pertinente et d’intérêt pour l’ensemble des acteurs de la filière forêt-bois. 

Outre l’apport de connaissances sur ces composés chimiques extractibles, le projet souhaite également apporter un « outil d’aide à la décision » aux acteurs de la filière forêt. Cet outil permettra d’évaluer la faisabilité de l’émergence d’une filière forêt-chimie dans la zone étudiée, mais aussi dans d’autres régions forestières.

Plus d’infos ?
  • « EXTRAFOR EST » est un projet triennal, démarré en novembre 2017, et financé par le Ministère de l’Agriculture et de la Forêt, le FEDER Lorraine, l’ADEME, la région Lorraine, le LABEX Arbre et l’INRA.
  • Contact projet : Francis Colin <francis.colin@inra.fr>
  • Pour toute autre question sur la "chimie du bois" et le "bioraffinage forestier", contactez nos chefs de projets ValBiom : voir ci-dessous.
A lire également

[1] Partie interne du bois, correspondant aux zones d'accroissement les plus anciennement formées, qui ne comportent plus de cellules vivantes. Il s'agit d'un bois dur, compact, dense et sec.

[2] A l’inverse, l’aubier est la partie tendre et blanchâtre de l’arbre. C’est la partie correspondant aux zones d'accroissement les plus récemment formées, contenant des cellules vivantes.

Abonnement