Flore minière du Haut-Katanga : Quand les enjeux de la conservation et de la phytoremédiation se rencontrent

Les gisements de cuivre et de cobalt du Haut Katanga (RDC) présentent des formations végétales uniques au monde, telles que les métallophytes. L’extraction minière, pour répondre à une demande mondiale grandissante, perturbe ces écosystèmes fragiles et contribue à la contamination naturelle des eaux et des sols par altération des roches et ruissellement. 

Les problèmes environnementaux générés par l’extraction minière se traduisent par un impact sur la santé publique associé à la présence de métaux dans l’eau et les sols. Consciente de sa responsabilité sociétale, la société Tenke Fungurume Mining, exploitant de la plus grosse concession minière de la région, a confié à l'unité "Biodiversité et Paysage" de Gembloux Agro Bio-Tech la responsabilité de mettre en place des mesures concrètes de conservation de la diversité végétale. L’équipe de recherche coordonne un réseau interuniversitaire pour mener les recherches scientifiques nécessaires.

Un triple défi : conservation, remédiation et transmission

Les actions de recherche ont conduit à la mise en place d’un plan de conservation qui s’appuie sur une combinaison de méthodes, comme la conservation des espèces menacées en banque de graines et en jardins botaniques ou encore le déplacement de communautés végétales des gisements à exploiter vers des sites receveurs.

Ces communautés végétales jouent par ailleurs un rôle de réduction des risques environnementaux et sanitaires en fixant les métaux lourds dans les horizons superficiels des sols et en évitant leur dissémination (phytostabilisation). L’utilisation de la flore du cuivre pour développer ces actions de phytostabilisation permet d’associer les enjeux de réduction des risques environnementaux à la conservation d’un patrimoine biologique unique. Des tests à petites échelles ont démontré la possibilité d’utiliser des associations de graminées et d’espèces en danger de la flore du cuivre dans des stratégies de phytostabilisation de sols pollués par des dépôts atmosphériques.

Au cours des années de collaboration, une équipe dédiée à la biodiversité de la société minière s’est progressivement appropriée l’expertise du consortium universitaire afin d’appliquer durablement et transmettre ces pratiques de conservation.

Source : Dix ans de support à la conservation des métallophytes en RDC - Gbx Agro-Bio Tech


[1] Une métallophyte désigne une plante particulièrement adaptée aux sols riches en éléments-traces métalliques, qu’ils soient naturels ou pollués.

Abonnement