[Découverte] Un système performant de prétraitement de la biomasse

Télécharger

Photo : © BioBANG  - www.biobang.com

Développé par une société italienne, le BioBang cavitator est un nouveau système de prétraitement de la biomasse basé sur le phénomène de cavitation. Il est conçu pour améliorer les performances des installations de biogaz et biométhane.

Explications avec ValBiom.

Comment ça marche ?

Habituellement, la cavitation est un phénomène physique connu comme étant l’ennemi des constructeurs de pompes. Pourtant, c’est sur ce phénomène que se base la technologie du BioBang cavitator. L’installation se présente sous forme d’un module conteneur à placer en amont de l’alimentation du digesteur. Ce module contient un système de pompage dédié à la cavitation.

Le mouvement de rotation, engendré par une hélice ou par le rotor d’une pompe, crée une dépression dans son sillage. Si cette dépression est suffisamment élevée, la pression peut devenir inférieure à la pression de vapeur saturante du liquide et une bulle de vapeur est susceptible de se former.

Le plus souvent la bulle de vapeur est transitoire. Son apparition élimine instantanément les conditions qui lui ont donné naissance. Se produit alors une implosion de la bulle. Cette implosion peut être si violente que la pression et la température à l'intérieur de la bulle peuvent atteindre des valeurs très élevées (plusieurs milliers de bars, plusieurs milliers de kelvins). En implosant, la bulle peut émettre une onde de choc dans le liquide, qui permet de casser des gouttes (émulsification), disperser, désagglomérer ou briser des particules solides, ou de nettoyer ou éroder des surfaces solides.

Démonstration en vidéo : https://www.biobang.com/fr/video

Une solution pour les producteurs de biogaz/biométhane

Cet appareil est conçu pour améliorer les performances de toutes installations de biométhanisation grâce au prétraitement des intrants. Ce prétraitement serait adapté à tout type de biomasse biométhanisable. En effet, la cavitation permettrait d’améliorer la digestibilité des fibres et d’augmenter la miscibilité du mélange. Les chocs engendrés par la cavitation détruisent la structure de la lignocellulose et rendent les parties biométhanisables des fibres plus facilement accessible aux bactéries.

De ce fait, le potentiel méthanogène[1] des matières prétraitées étant supposé supérieur, il est possible de réduire la quantité d’intrants nécessaire initialement pour des performances égales tout en réduisant les besoins d’agitation. Par ailleurs, la ration peut être adaptée et ainsi accepter plus de matières fibreuses comme intrants.

www.biobang.com

Note de la rédaction

Cette innovation a été présentée au salon français Expobiogaz 2019 : le salon du gaz renouvelable traitant l'ensemble des solutions pour la production et la valorisation du gaz renouvelable (pyrogazéification, biométhanisation, power-to-gas, mobilité et bioCNG).

Les innovations présentées dans le ValBioMag sont sélectionnées par les ingénieurs ValBiom pour leurs caractéristiques novatrices et pour les solutions qu’elles apportent à des problèmes ne pouvant être résolus auparavant. Cette description de nouveaux produits ou concepts novateurs fait partie de la mission de veille technologique de ValBiom.


[1] Capacité théorique d’une matière organique à être convertie en biométhane.

Abonnement