Bioéconomie : une stratégie pour la France

Après la mise en place d’une stratégie en faveur du développement de la bioéconomie pour la France en janvier 2017, le Gouvernement vient d’annoncer l'adoption d'un plan d'action dédié à la thématique.

De la pétrochimie vers les produits biobasés

La bioéconomie englobe l'ensemble des activités liées à la production, à l'utilisation et à la transformation de bioressources. Celle-ci répond de façon durable aux besoins alimentaires et à une partie des besoins en matériaux et en énergies de la société. La bioéconomie dessine donc des changements importants pour notre société avec la transition de l'utilisation de produits d'origine fossile vers des produits biobasés.

5 axes et 50 objectifs

Afin d’accompagner le développement de la bioéconomie, la France s’est dotée d’une stratégie et d’un plan d’action. Ce plan d’action regroupe 50 objectifs regroupés dans les 5 axes suivant :

  1. Améliorer la connaissance ;
  2. Promouvoir la bioéconomie et ses produits auprès du grand public ;
  3. Créer les conditions d’une rencontre de l’offre et de la demande ;
  4. Produire, mobiliser et transformer durablement des bioressources ;
  5. Lever les freins et mobiliser les financements.

Des actions concrètes d’ici à 2020

D’une part, les mesures porteront sur la création et le renforcement de filières, notamment les filières de valorisation des fibres (par exemple : lin et chanvre)[1] et des coproduits agricoles.

D’autre part,  la bioéconomie et ses produits seront mis en avant auprès du grand public à travers une campagne de communication, une exposition itinérante, des portes ouvertes dans les entreprises… mais aussi à travers la construction du village olympique 2024 en matériaux biobasés.

En outre, le Gouvernement français souhaite mettre en œuvre des mesures législatives pour faciliter le recours aux produits biobasés. Pour ce faire, un décret devrait être adopté en 2018 afin de faciliter le recours systématiques produits biobasés dans les administrations et les organismes publics, hôpitaux, écoles. Une autre mesure prévoit de lever - dès 2018 - les freins réglementaires à la méthanisation agricole.

Plus d’infos ?

[1] A ce propos, consultez le projet Interreg COMPOSENS, visant le développement de matériaux composites polymère-bois ou fibres végétales performants à faible impact environnemental pour l’élaboration de biocomposites légers et recyclables. Le projet vise l’utilisation de ressources renouvelables de la région franco-belge : bois et fibres naturelles, telles que le chanvre et le lin.

Abonnement