Appel en faveur d’un Green deal wallon valorisant les ressources de bois local

Entretien
Télécharger

Pour en finir avec les énergies fossiles, cela implique notamment de valoriser le domaine forestier et soutenir la filière bois-énergie. La Fédération interprofessionnelle belge du Bois Energie (FEBHEL) demande dans une carte blanche que l’ensemble des futures mesures de relance et de soutien à l’économie soient compatibles avec les propositions du « Green deal » européen et les objectifs de l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Délaisser le secteur des énergies fossiles

La FEBHEL, membre ValBiom, plaide en faveur de la mise en place de différentes mesures afin d’inclure le bois-énergie dans le Green deal wallon et agir concrètement en faveur des objectifs de développement d’une société bas carbone :

  • Au niveau forestier, développer une politique de régénération et de boisement pour maintenir voire augmenter la capacité de production de bois de qualité ;
  • Au niveau de la filière bois, développer massivement l’usage du bois dans la construction, stimuler et favoriser l’emploi de bois local, maintenir et développer l’outil local de transformation du bois afin de limiter l’exportation de notre ressource locale et de stimuler l’innovation ;
  • Au niveau de la filière énergie, supprimer toute forme de soutien envers le secteur des combustibles fossiles, émetteurs de CO2. La FEBHEL propose même d'aller plus loin, en pénalisant le recours à ces types de combustibles via l'adoption d'un mécanisme de tarification du carbone qui s'accorderait avec un tax-shift pour que l'impact au niveau du consommateur soit limité. 

En phase transitoire, avant l’adoption de tels mécanismes, plusieurs recommandations sont proposées. Celles-ci concernent le soutien aux énergies renouvelables, avec un focus sur le bois-énergie, afin qu'elles deviennent la ressource principale en termes d'énergie et puissent devenir plus concurentielles que les énergies fossiles :

  • Définir en urgence un mécanisme de soutien stable pour la production d’électricité renouvelable à partir des cogénérations bois[1] ;
  • Définir un cadre et une méthodologie de soutien spécifique à la chaleur verte et en particulier pour le bois-énergie[2], et intégrer dans ce cadre un mécanisme d’incitation au renouvellement du parc d’anciens appareils de chauffage individuels au bois, afin d’améliorer à la fois la performance énergétique et la qualité de l’air ;
  • Développer de manière accrue les réseaux de chaleur au bois notamment en levant les freins administratifs et en adaptant la règlementation ;
  • Développer une politique de performance environnementale du bâtiment en sus de la performance énergétique (PEB) dans la stratégie de rénovation, afin de pousser le recours aux énergies renouvelables.

Des avantages économiques et écologiques et une forêt revalorisée

Les atouts stratégiques majeurs du bois-énergie sont nombreux :

  • Nombreuses technologies fiables de production d’énergie à partir du bois (du poêle individuel à l’installation industrielle de cogénération en passant par la chaudière connectée) ;
  • Recherche et innovation florissantes dans la filière bois-énergie permettant de mettre sur le marché des technologies performantes au niveau du confort d’utilisation, de l’efficacité, de la fiabilité et des émissions de particules fines ;
  • Le bois-énergie est facilement stockable, n’est pas soumis aux aléas météorologiques pour produire de l’énergie et est principalement européen sur l’ensemble de sa chaine de valeur, tant pour la production du combustible que pour les technologies permettant sa conversion en énergie.

Le bois-énergie, qui participe à hauteur de 60% de la consommation d’énergie renouvelable (chaleur et électricité) de la Wallonie, en s’approvisionnant sur les résidus de la filière bois, permet donc de valoriser de manière optimale une ressource locale et renouvelable : notre précieuse forêt qui est, dans son ensemble, gérée durablement dans le but de produire du bois d’œuvre de qualité (construction, meubles…) tout en maintenant sa capacité de croissance et de renouvellement, et donc sa capacité à capter et stocker du CO2 hors de l’atmosphère.

La Maîtrise du feu, une campagne positive et engageante !

70% des ménages wallons qui se chauffent au bois le font avec des bûches. Comment rendre la première source de chaleur renouvelable de ces ménages encore plus efficace et durable ? C'est là l'objectif de la campagne de sensibilisation "La Maîtrise du feu"

Par plus d’une vingtaine de conseils humoristiques, la campagne « La Maîtrise du feu » montre que, pour être économique, sain et écologique, le chauffage au bois doit être mis en œuvre dans de bonnes conditions : choix du matériel, sélection du bois, alimentation du foyer, entretien…Des conditions qui, in fine, permettront de réduire les émissions de particules fines et autres polluants atmosphériques, mais aussi d’augmenter l’efficacité de la combustion et le confort de l'utilisateur.

Plus d’informations


[1] La production d’électricité à partir des cogénérations bois équivaut à 25% de la production électrique renouvelable en Wallonie.

[2] Le bois-énergie produit 75% de la chaleur renouvelable en Wallonie.

Abonnement

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.